Actualités

« Ségur » de la santé : le début du chantier de la rénovation hospitalière

Mise en ligne 25/05/2020 Actualités Santé

La crise du coronavirus a mis en évidence l’insuffisance de moyens accordés aux soignants et aux hôpitaux. Le gouvernement a convoqué un « Ségur » de la santé.

« Ségur » de la santé
Le Premier ministre, Edouard Philippe, a ouvert la conférence appelée « Ségur » de la Santé, faisant référence à l’avenue où se situe le ministère de la Santé à Paris. Un « Ségur » qui prend la suite d'un « Grenelle », nom générique de ces grandes conférences qui ne débouchent pas toujours… La séance inaugurale avait lieu à distance pour respecter les mesures de distanciation.

Crise du coronavirus
L’objectif est de réunir Pouvoirs publics, partenaires sociaux et représentants des usagers pour refonder un service public de la santé. Le chef du gouvernement a esquissé les pistes possibles, il faudra attendre la mi-juillet pour que cette concertation débouche sur des propositions concrètes. France assos santé participe aux travaux et rappelle, dans son communiqué, que « la santé doit -enfin- être envisagée comme un bien commun et non comme une ligne de dépense ».

Insuffisance de moyens contre changements radicaux
D’emblée, Edouard Philippe a annoncé des « choix forts, rapides et assumés » selon notre confrère France Info. Il annonce des « changements radicaux » sans rentrer dans les détails d’une négociation qui ne fait que commencer. Il a néanmoins ajouté que la hausse des salaires des soignants serait « significative ». « Nous lancerons un vaste plan d'aide à l'investissement », en complément de la reprise d'un tiers de la dette de l'hôpital public.

Gouvernement
Pour le Monde, le Premier ministre a rendu hommage à notre système de santé : « il n’a jamais failli ». Et il ne s’interdit rien sur la question du temps de travail : « Le maître mot sera celui du pragmatisme. Je ne préjuge pas ici du résultat des discussions qui se tiendront dans les prochains jours, mais j'ai dit qu'il fallait lever les contraintes de toute nature. Le temps de travail doit être regardé de la même façon ».

Rénovation hospitalière
« Avant le confinement, on faisait des "Grenelle" qui n'aboutissaient pas toujours à grand-chose mais occupaient l'espace médiatique et concentraient l'attention. Maintenant on fait le "Ségur" de la Santé. L’heure est plus grave, les soignants en attendent beaucoup. Le gouvernement n’a pas le droit à l’erreur », estime notamment la sénatrice EELV, Esther Benbassa sur Twitter. La présidente de la CNSA, Marie-Anne Montchamp, tweete de son côté sur les « 5 mots-clés » de cette concertation : « Reconnaissance, investissement, agilité, organisation territoriale, numérique. »

Soignants
Des acteurs de l’aide à domicile comme la FNAAFP-CSF, s’inquiètent de l’absence de l’aide à domicile dans cette concertation. Enfin la Mutualité française, qui a participé au lancement de cette concertation, estime que cette dernière devra « apporter des solutions concrètes pour les professionnels et les patients. » Des images de manifestations de soignants ont été twittées cet après midi indiquant qu’elles se déroulaient notamment à l’hôpital Robert-Debré (Paris) et devant le ministère de la Santé, avenue de Ségur.

Pierre Luton
©gouvernement

Recherche

Formulaire de contact