Actualités

Politiques d’emploi des travailleurs handicapés : des dispositifs qui s’essoufflent

Mise en ligne 03/09/2020 Actualités Emploi Handicap

« Handicap et emploi » est la thématique choisie par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pour son rapport 2019-2020.

Handicap et emploi
L’Igas rappelle des points qu’il est nécessaire de souligner en permanence tant ce sujet du handiap et de l'emploi souffre d’un « déficit de connaissances». « La réalité du handicap est peu et mal connue, notamment dans ses rapports avec l’emploi, indiquent justement les auteurs qui pointent l’obsolescence des chiffres et données. Les « moyens de la connaissance font largement défaut et privent les politiques des repères nécessaires pour appréhender la situation et les besoins. »

Travailleurs handicapés
Sans surprise, l’Igas rappelle que les travailleurs handicapés sont moins bien lotis que ceux dits « valides ». Un chômage deux fois plus élevé (18 contre 9 %, chiffres de 2018). Un accès au travail compliqué, malgré la mise en place de quotas depuis plus de 30 ans. L’obligation d’emploi, même si elle progresse au fil des années, atteint péniblement 3,5 % dans le privé contre 5,5 % dans le public (toutes les administrations ne sont pas aussi performantes). Le quota à atteindre est de 6 %. « 1 travailleur handicapé sur 3 dispose d’un emploi, contre 2 personnes sur 3 pour la population dans son ensemble ». 2,8 millions de personnes bénéficient d’une reconnaissance administrative d’un handicap dans notre pays. Mais ce sont près de 6 millions, au total, qui sont en situation de handicap. Sans oublier leur famille ni les aidants ! L’Igas n’oublie pas non plus de mentionner que le handicap est pluriel et que sa représentation par un fauteuil roulant fausse la perception de la réalité. Des réalités !

Des dispositifs qui s’essoufflent
L’Igas se penche surtout sur les politiques d’emploi des travailleurs handicapés. Des dispositifs qui s’essoufflent aujourd’hui selon elle : l’obligation légale n’est toujours pas satisfaite. Le marché du travail reste très discriminant. Et l’empilement des mesures depuis tant d’années laisse apparaître une complexité poussée à l’extrême. Celle-ci « absorbe l’énergie des acteurs institutionnels qui passent beaucoup de temps à se coordonner. Elle rend le système peu lisible et difficilement accessible pour les personnes en situation de handicap et les entreprises, même les plus volontaristes. » Sans parler de la « viabilité financière » du système. « Une meilleure observance de "l’obligation d’emploi" se traduit mécaniquement par une contraction des montants collectés ; ils ont diminué de 212 millions d’euros entre 2010 et 2018. »

Igas
Les défis qui nous attendent ne sont pas minces ! L’Igas rappelle l’impact du vieillissement à venir de notre population. Aujourd’hui, 1 actif sur 3 a plus de 50 ans, contre 1 sur 5 en 2000. Le nombre des personnes bénéficiant d’une reconnaissance de handicap a plus que doublé en 15 ans. Et si les causes principales du handicap sont à chercher du côté du vieillissement (44 %), 11 % sont en lien avec un accident du travail. Et 59 % des causes de handicap sont liées à l’activité professionnelle ou aggravées par elle..

Rapport 2019-2020
Pour faire face à ces défis, il faudra bien se résoudre à rénover le cadre des politiques d’emploi des travailleurs handicapés. L’Igas envisage trois scénarii.

  • D’abord, le statu quo, mais avec des aménagements incontournables : « recherche de nouvelles sources de financement, développement et transformation des modalités d’accompagnement des travailleurs handicapés, rapprochement avec la politique de santé au travail (qui fait elle-même l’objet de projets de réforme)».
  • Ensuite, la refondation sur le modèle suédois, notamment, qui propose l’inclusion sans distingo entre les travailleurs handicapés et ceux dits « valides ».
  • Enfin, le modèle allemand qui se concentre sur les situations de handicap les plus problématiques.

En attendant, concluent les auteurs, la prévention en matière de santé au travail devrait constituer la « première marche d’une politique du handicap dans l’emploi ». Elle reste aujourd’hui le parent pauvre.

>>> Travailleurs handicapés : de sérieuses craintes pour l’emploi
>>> Emploi des personnes handicapées

Pierre Luton
© Boggy - stock.adobe.com

Recherche

Formulaire de contact